I love you, and you , and you and…

Il m’arrive de plus en plus d’avoir des conversations avec des personnes autour de moi qui tournent autour de la notion de l’amour. Si l’on en croit Socrate, l’amour est a l’opposé du bonheur. Il ne peut y avoir amour que s’il y a manque, et par conséquent souffrance. Lorsque le besoin est rempli, l’amour s’achève. Platon fait d’ailleurs la différence entre plusieurs types d’amoures (oui, amour , au pluriel, prend un e, comme si l’amour au féminin implique forcement une multitude contre l’amour au masculin qui se suffit dans l’unicité). La Philia, ou l’appreciation pure entre deux personnes de rang egal (soit souvent 2 hommes, manifestement, les seuls capables d’un amour pure), l’eros, ou la luxure, souvent pour le sexe oppose, et l’agape, soit l’amour sans attente de retour  (Ficin, 2002).

Platon nous amene déjà une première notion de la multiplicité des amoures qu’il peut exister. Il mentionne dans le banquet, qu’il est possible pour un meme personne de ressentir ces trois types d’amoures en meme temps, pour des personnes differentes evidemment, puisque certaines personnes elicitent et meritent des affections differentes (c’est a ce point que Platon cesse d’etre seduisant ). La partie la moins séduisante de cette définition, pour moi est que ces sentiments soient fixés sur des partenaires particuliers, ayant des descriptions specifiques, et ne sont en aucun cas liés à la personne qui les ressent en tant que tel. En effet, l’émotion, presque divine n’utilise celui qui la ressent que comme un outil, un medium à travers laquelle exister.

Kant, suivant légèrement Socrates, aurait tendance à nous dire d’éviter l’amour, et à le comprendre comme un danger. L’amour serait l’ennemi de la morale qui, selon Kant, devrait etre  le fondement de la vie (Kant, 1964).

Au contraire, Spinoza nous offre encore une vision de l’amour comme entité entière et indépendante, mais sous un angle beaucoup plus positif. Selon lui, l’amour est la manifestation de la joie à travers le médium imparfait de l’humain (Hampshire, 1956).

Beaucoup d’autres auteurs se sont penchés sur la question de l’Amour. En donnant à l’amour son entité propre, et en le sortant du contexte du personnel, on trouve que celui-ci n’a plus besoin d’un objet. L’amour existe, qu’il se manifeste ou non. Il est omniprésent, et intangible, et utilise l’humain à ses fins.

Je trouve que cette vision laisse la place à la possiblité que le sentiment lui-même puisse donc se manifester de façon diffuse et imprécise, et que ce serait plutot l’humain qui lui donne une intention, qui l’encadre dans le moule limitatif d’une relation.

Revenons donc à nos moutons:

De plus en plus de gens me parlent d’amour, et essaient de lui faire rimer fidélité. Comme si les deux mots ne pouvaient qu’aller de paire.

Ils me demandent s’il est possible d’aimer plusieurs personnes à la fois.

S’ils devraient en parler à leur partenaire.

Si ce sentiment veut dire qu’ils sont infidèles.

Si la mention de ce sentiment à leur partenaire va lui faire du mal…

 

Je ne peux pas répondre à toutes ces questions. Tout simplement parce que je ne peux prédire l’avenir, et que les réactions de chacun n’ont en réalité aucun lien avec les autres. Ce qu’une personne vit à l’intérieur d’elle n’est qu’une réaction de ce qu’elle perçoit en lien avec ce qu’elle a déjà vécu auparavant. Par exemple, il est possible d’être insulté par une phrase qui ne se veut absolument pas méchante ou malicieuse. Et il est aussi possible de ne pas du tout comprendre que quelqu’un essaie de nous faire passer un message (c’est souvent d’ailleurs ce avec lequel  les gens qui utilisent des techniques passives-agressives tentent de jouer).

Je peux, par contre essayer de répondre à la première question: peut-on aimer plusieurs personnes à la fois.

Sternberg a créé un modèle de l’amour à trois dimensions.

triangle de sternberg

Sternberg définit avec ces 3 dimentions 7 Types d’amoures (Sternberg, & Weis, 2006). Sternberg définit d’abord les 3 dimensions comme étant l’intimité, l’engagement et la passion. Il définit l’intimité comme étant  la composante affective de l’amour. Elle concerne les sentiments de proximité, d’attachement, de chaleur humaine, et s’exprime par le besoin de la présence de l’autre avec lequel on se sent en communion. Elle est généralement présente dans les relations familiales et amicales. Sa définition de l’engagement est la composante motivationnelle de l’amour. Elle conduit à l’état amoureux, à l’attirance physique et à l’acte sexuel. Elle implique un niveau élevé d’activation physiologique. Et finalement, il définit la passion comme étant la composante cognitive de l’amour. Elle s’exprime à la fois dans le court terme (décision d’aimer quelqu’un) et dans le long terme (décision de maintenir cet amour).

Les 7 types d’amour qui se manifestent à travers ces 3 dimensions sont:

  1. Amitié ( intimité)
  2. Engouement (passion)
  3. Amour vide (engagement)
  4. Amour romantique (intimité et passion)
  5. Amour compagnon (intimité engagement)
  6. Amour fat (engagement, passion)
  7. Amour consumé (engagement, passion , intimité)

La psychologie moderne accepte donc qu’il est possible qu’il y ait plusieurs amoures. Peut-on alors ressentir plusieurs types d’amoures en même temps?

En y pensant quelqus secondes, la réponse semble aisée. Si l’amour qui n’implique que l’intimité est appelée amitié, et l’amour qui implique seulement la passion est appelé l’amour entiché, soit l’amour que l’on peut ressentir pour un partenaire avec lequel il ne s’est encore rien passé, il est facile de repenser à une situation où nous avons eu des amis, et des amoureux en même temps. Il est aussi possible de penser à notre meilleur ami, soit l’engagement et l’intimité (amour complice) ayant du mal à nous partager avec notre nouvel amoureux (ou amoureuse) soit l’amour romantique (intimité et passion).  La seule façon pour ces amoures de ne pas être simultanés, est s’il nous fallait oublier une personne pour en aimer une autre. Si lorsque vous êtes avec votre ami, votre attention lui appartenait au complet, et que vous oubliez votre partenaire en sa présence (et vice versa). Sommes-nous réellement si pointu? si spécifique? si étroits? nous est-il absolument nécessaire de n’avoir en tête qu’une seule chose à la fois? Comment fait-on alors, si toutes ces personnes se retrouvent toutes ensemble dans un seul endroit? est-on moins l’ami de quelqu’un lorsque l’on est l’ami de quelqu’un d’autre?

Si l’on en croit Aaron Ben-Zeév, Ph.D., il n’est même pas nécessaire d’avoir des types différents d’amoures pour aimer plusieurs personnes en même temps. La raison pour laquelle il nous semble impossible d’aimer plusieurs personnes en même temps, est parce que nous investissons nos partenaires émotionnellement. L’amour coute cher, en énergie et en ressources. Qui plus est, les émotions sont basées sur une préférence. Si nous aimons, c’est que nous pouvons aussi ne pas aimer, impliquant une gradation, et donc une selection. Si nous aimons le plus que nous pouvons, c’est que nous sélectionnons aussi de plus en plus, ce qui rend illogique l’idée que plusieurs personnes répondent aux mêmes critères. En tout cas, illogique pour nous, car ces notions créent une dissonance cognitive entre la compréhension que l’on a de l’amour, et les sentiments que l’on ressent parfois lorsque la personne que l’on aime va voir ailleurs. Nous ressentons de la douleur, mais il est impossible de l’expliquer logiquement si l’on ne prend en compte l’amour que comme une entité. Il est donc nécessaire de le rendre sujet au médium et à l’objet. Il nous est nécessaire d’ancrer notre compréhension de l’amour chez un partenaire. Cela implique que nous nous attendons en retour à de l’exclusivité pour ne pas ressentir les émotions négatives liées à nos propres insécurités. La peur du rejet n’a pas réellement de lien avec les actions de l’autre. aimer deux personnes n’implique pas que l’on veuille rejeter l’une ou l’autre. Mais notre peur de perdre notre partenaire a besoin d’une logique pour que nous n’ayons pas de dissonance cognitive.

 

 

bibliographie:

Ficin, M. (2002). Commentaire sur » Le Banquet » de Platon, » De l’amour »: Commentarium in Convivium Platonis, De amore. P. Laurens (Ed.). Les Belles Lettres.

Hampshire, S. (1956). Spinoza. Manchester University Press.

Kant, I. (1964). The Metaphysical Principles of Virtue: Part II of the Metaphysics of Morals (Vol. 85). Bobbs-Merrill.

Sternberg, R. J., & Weis, K. (Eds.). (2006).The new psychology of love. Yale University Press.

http://www.psychologytoday.com/blog/in-the-name-love/200803/loving-two-people-the-same-time

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s